Étude des maladies dermatologiques rares à risque de surinfections herpétiques pour trouver des cibles thérapeutiques (Dr Marie Masson-Regnault)

Dermatologie

Contexte

Ce projet innovant collaboratif s’intéresse à plusieurs pathologies dermatologiques rares. Il concerne deux maladies génétiques – la maladie de Hailey-Hailey et la maladie de Darier – et deux dermatoses bulleuses auto-immunes – le pemphigus ou la pemphigoïde bulleuse. Ces maladies dermatologiques demeurent peu comprises et n’ont, pour la plupart, que peu de traitements disponibles.

Projet de recherche

L’objectif de ce travail est de caractériser les profils inflammatoires et le micro-environnement bactérien au niveau des lésions cutanées de patients atteints de ces maladies dermatologiques rares. L’idée est de mieux comprendre ce risque de surinfection herpétique avec l’espoir d’identifier des cibles thérapeutiques pour la prise en charge de ces malades ou la prévention de la survenue des complications infectieuses.

Cette étude pilote multricentrique (services de dermatologie des CHU de Poitiers, Bordeaux, Rouen, Toulouse, Créteil – Henri Mondor, Rouen), d’une durée de 24 mois, doit permettre d’identifier un profil cytokinique, lymphocytaire et de colonisation bactérienne commun à ces dermatoses – le pemphigus, la pemphigoïde bulleuse, la maladie de Hailey-Hailey et la maladie de Darier – afin d’identifier le rôle possible de facteurs inflammatoires ou microbiologiques susceptibles de favoriser ces surinfections herpétiques, pour définir des stratégies de prévention et de traitement.

Cette étude apportera de nouvelles données sur ces maladies. La meilleure compréhension de leurs mécanismes permettra de développer des moyens de prévention des surinfections pour les patients, et d’identifier des cibles thérapeutiques pour traiter leur maladie, notamment à l’ère des biothérapies.

Budget de l’étude : 96 000€

Portrait

Après avoir débuté ses études de médecine à Bordeaux, puis poursuivi par un internat de dermatologie à Toulouse, le Dr Marie Masson-Regnault a intégré le service de dermatologie du CHU de Poitiers en 2018 avec l’objectif d’y développer une expertise sur les maladies inflammatoires les plus courantes (psoriasis, dermatite atopique) mais également plus rares. Elle a intégré le laboratoire LITEC (EA 4331) qui étudie le rôle des cytokines dans différentes maladies de la peau auprès du Dr Charles Bodet et du Pr Nicolas Lévêque qui l’accompagnent dans ce projet.