Impact de la réalité virtuelle sur la prise en charge de la douleur lors des soins thérapeutiques chez les enfants hospitalisés en onco-pédiatrie (Amandine Fernandes)

Cancérologie

Contexte

Sur le plan national, environ 2150 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués par an chez les enfants de 0 à 17 ans. Les principales localisations sont la leucémie, les tumeurs du système central et les lymphomes. L’unité d’onco-pédiatrie du CHU de Poitiers accueille environ 70 patients par an de 0 à 17 ans soit 1482 actes invasifs en 2019.

Les méthodes diagnostiques et thérapeutiques pour ces enfants restent agressives et engagent les patients dans des prises en charge chroniques. Ils ont régulièrement des soins douloureux et anxiogènes : ponction lombaire, perfusion sur chambre implantable, myélogramme, biopsie, ponction veineuse et examens.

En pédiatrie, le gaz MEOPA est choisi en première intention dans ces différents gestes, mais son efficacité n’est pas toujours concluante, dû à l’accoutumance, et peut induire des effets secondaires : nausées et vomissements, potentialisés avec les traitements de chimiothérapie, dépendance, toxicité neurologique… Les techniques de distractions efficaces sur l’anxiété, comme l’hypno-analgésie, ne peuvent être pratiquées aussi couramment que le Meopa car cela nécessite du personnel compétent et disponible. Pour certains enfants, il devient difficile d’obtenir leur consentement aux soins, malgré la palette des différents traitements proposés, et contraint les onco-pédiatres à augmenter les drogues. La réalité virtuelle (RV), qui est une technologie informatique, a déjà montré son efficacité sur la douleur et l’anxiété chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte : les soins dentaires, les crises aiguës drépanocytaires, les pansements de brûlures, les ponctions veineuses, la vaccination et la ponction sur chambre implantable mais versus une distraction par les jeux vidéo.

Projet de recherche

L’hypothèse de cette enquête préliminaire HOPPIVR est que l’utilisation de casque de réalité virtuelle (RV) lors des soins douloureux ; ponction lombaire et branchement sur chambre implantable pourrait être aussi efficace que les pratiques habituelles pour réduire la douleur et l’anxiété chez l’enfant de 6 à moins de 18 ans. Aucune étude exploratoire ne compare une technique avec réalité virtuelle versus l’utilisation des pratiques habituelles, en pédiatrie cancérologique.

Les casques de RV, déjà utilisés dans le service, ont révélé une satisfaction des patients lors de certains soins prépondérants comme la ponction lombaire et le branchement sur chambre implantable.

Il s’agit d’une recherche exploratoire de 24 mois, interventionnelle, comparative, monocentrique, randomisée en 2 groupes parallèles. Seront inclus dans le groupe expérimental par la réalité virtuelle et dans le groupe comparateur avec les pratiques habituelles ; les patients de 6 ans à strictement inférieur à 18 ans, suivis pour une pathologie hématologique ou oncologique maligne et recevant un des actes suivants : ponction lombaire en 1ère intention et branchements sur chambre implantable. Le service d’onco-pédiatrie du CHU de Poitiers a une file active de 60 patients par an dans la tranche des 6 à moins de 18 ans.

Nous attendons une efficacité équivalente aux pratiques habituelles lors des soins douloureux, permettant une réduction de la consommation des antalgiques, un confort et une qualité de vie des patients lors de leur prise en charge.

Portrait

Amandine Fernandes est cadre de santé au sein du service d’oncologie pédiatrique du CHU de Poitiers.