Projet MEFEA – Thérapie cellulaire dans un modèle de dégénérescence rétinienne, le rat RCS (Pr Nicolas Leveziel)

Ophtalmologie

Contexte

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de cécité chez les personnes âgées dans les pays industrialisés. Il existe deux formes de la maladie et actuellement aucun traitement curatif contre cette maladie n’a encore été trouvé. Toutefois, la thérapie cellulaire est considérée comme une approche thérapeutique prometteuse dans le but de guérir ou ralentir la DMLA.

Projet Pr Nicolas Leveziel DMLA

Projet de recherche

L’objectif principal du projet est de transplanter différentes populations cellulaires (organoïdes de rétine – OR ou cellules de l’épithélium pigmentaire de la rétine – EPR) dérivées de cellules souches pluripotentes induites humaines chez le rat RCS, premier animal connu atteint de dégénérescence rétinienne héréditaire. L’impact de la transplantation de ces différentes populations sur la survie des cellules rétiniennes de l’hôte et l’amélioration de son acuité visuelle sera donc évalué.

De par son organisation multicellulaire plus complexe, l’hypothèse que la transplantation d’organoïdes de rétine permettra une amélioration visuelle supérieure et plus précoce que la transplantation de cellules de l’EPR chez le rat RCS.

Le rat RCS est un modèle de dégénérescence rétinienne dû à une mutation spontanée responsable de la mort des photorécepteurs (cellules photosensibles de la rétine). Cette mutation va donc induire une cécité qui débute vers 18 jours postnatal et qui sera totale au 3 mois de vie de l’animal. Dans ce projet, nous proposons de transplanter des OR ou des cellules de l’EPR au niveau du rat RCS au début du processus de dégénérescence (22-23 jours post-natal), afin d’étudier la survie et l’intégration du transplant chez l’hôte et l’effet thérapeutique de la transplantation de différentes populations cellulaires par des analyses comportementales et histochimiques réalisées à différents temps post-transplantations à 3, 7 et 13 semaines.

L’effet bénéfique de la thérapie cellulaire dans un modèle animal de dégénérescence rétinienne sera souligné. Cette étape est essentielle dans la mise en place et l’application de ce futur traitement à l’homme.

Calendrier prévisionnel :  De janvier 2022 à décembre 2022 : Etude pilote pour la mise en place des transplantations rétiniennes chez le rat RCS. D’octobre 2022 à décembre 2023 : Transplantations, analyses comportementales et histologiques réalisées à 3,7 et 13 semaines après transplantation

Portrait

Le projet est porté par le professeur Nicolas Leveziel, chef du service ophtalmologie au CHU de Poitiers et professeur des universités depuis 2013. Après avoir réalisé son clinicat et ses débuts de praticien hospitalier à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, il rejoint le CHU de Poitiers en 2012. Porteur du projet de recherche fondamentale sur la dégénérescence maculaire liée à l’âge, il est aussi l’investigateur de plusieurs projets de recherche clinique sur cette même pathologie.

Budget de l’étude clinique : 35 000€